24h dans une journée, ni plus ni moins : le temps est une ressource limitée ! Couplé aux cours, à un éventuel job d’étudiant ou autre, l’engagement pose aux étudiants qui se mobilisent un réel défi de gestion du temps. Si l’une des missions de l’enseignement supérieur est de former des acteurs citoyens responsables, comment l’institution universitaire peut-elle soutenir au mieux l’engagement étudiant hors cursus ? Comment être à l’écoute de leur besoin de flexibilité afin d’allier au mieux leurs projets d’étude et d’engagement ?

C’est là l’une des questions soulevées lors du colloque « L’engagement, ça s’apprend ? », mené les 19, 20 et 21 septembre 2018 à l’Université de Namur (Belgique). Quelques pistes de réflexions.

#1 . Intégrer le projet dans le cursus

Cette première approche introduit l’idée d’une valorisation institutionnelle de l’engagement par l’attribution de crédits (ECTS) spécifiques au projet dans le cursus de l’étudiant. Si elle équivaut à une reconnaissance officielle de l’engagement, cette valorisation pose aussi la question délicate de l’évaluation et de la définition de critères d’un engagement « valorisable ».

#2 . Un statut spécial, des aménagements d’horaire

S’inscrivant dans une logique du cas par cas et d’un parcours étudiant individualisé, cette deuxième piste offre une plus grande marge de manœuvre que la précédente. Néanmoins, si les aménagements d’horaire sont attribués sur base d’un statut spécial « étudiant engagé », elle soulève les mêmes questions de définition de l’engagement.

#3 . L’enjeu de reconnaissance

Au-delà d’un soutien purement structurel, c’est l’enjeu de reconnaissance qui sous-tend la question de la valorisation de l’engagement étudiant. Celui-ci peut être abordé par d’autres voies, moins formelles cette-fois, comme autoriser les interventions et communications étudiantes sur ces projets d’engagement hors cursus en auditoire, ou encore donner accès aux canaux de communication institutionnels (newsletter, affichage, …).

 

Conclusion?

La valorisation institutionnelle de l’engagement étudiant n’est pas une demande émanant directement des étudiants, mais l’une des pistes de réflexion répondant à un besoin de flexibilité d’étudiants qui cherchent à mener à bien étude et projet engagé. Dans ce contexte, il est primordial de mener la réflexion de concert avec les étudiants.

En savoir +

Une brève synthèse des réflexions menées lors d’un atelier du Forum Ouvert du colloque « L’engagement, ça s’apprend ? », organisé par Uni 4 Coop, l’U Namur et Scribani. Merci aux participants et organisateurs.

A vous de jouer!

Etudiants, professeurs, membre d’une institution, cette question vous inspire? Vous pensez à des pistes de réflexion, des expériences ou des alternatives concrètes? Contactez la rédaction, et contribuez au « best of reactions » qui paraîtra en complément de l’article!

Share This