Une étude canadienne vient de mettre en lumière un fait surprenant : certaines personnes refusent de changer de comportement simplement parce qu’elles n’apprécient pas les personnes qui promeuvent celui-ci.

Et non par ignorance des enjeux actuels. Qu’ils s’agisse d’égalité des droits ou de mesures écologiques, ces réfractaires ont développé des stéréotypes à propos des militants, qu’ils soient écologistes ou féministes, par exemple. Les premiers seraient des naïfs baba-cool, les secondes, sales et haïssant les hommes. Leur manière de promouvoir le changement serait alors perçue comme agressive; leurs conduites moins conventionnelles rejetées.

En savoir +

L’étude : Nadia Y. Bashir e.a., The ironic impact of activists: Negative stereotypes reduce social change influence, in European Journal of Social Psychology, 2013.

Illustration © FARAWAYS – DEPOSITPHOTOS

Share This