Le jeu des questions : une animation courte et rapide à mettre en œuvre, qui peut contribuer à installer une relation de confiance. L’expérience a été menée par Echos Communication à l’école Saint-Stanislas d’Etterbeek, dans le cadre du programme de l’École du Vivre Ensemble (EVE).

Le challenge

Dans le domaine du développement de la coopération, comme dans tout contexte de collaboration, la création d’une relation de confiance entre des individus passe par l’ouverture à la différence et le dépassement des préjugés.

La proposition

Chez Echos Communication, on utilise, entre autres clés, un outil tout simple : le jeu des questions. Le principe sous-jacent est de développer la curiosité comme antidote aux a priori. L’expérience a été menée en décembre 2017, à l’école Saint-Stanislas d’Etterbeek, dans le cadre du programme de l’École du Vivre Ensemble. Ce jour-là, la titulaire du PMS rendait visite à la classe de 4e primaire. Madame Sophie s’est volontiers prêtée au jeu de l’interview. Un à un, les enfants ont été invités à poser leurs questions. Simples d’abord : « c’est quoi votre couleur préférée, votre marque préférée ? » Plus complexes ensuite : « Qu’est-ce que vous faites à l’école ? ». Sa bonne humeur communicative et ses réponses franches ont inspiré la confiance des enfants et permis de créer un relationnel. En quelques questions, les enfants se sont rendu compte qu’ils avaient en face d’eux une personne qui pouvait les écouter quand ça ne va pas : dans la famille, dans la scolarité, dans leurs rapport aux autres. Le tour des questions n’était pas fini que plusieurs enfants manifestaient déjà leur volonté d’aller parler avec Madame Sophie. L’ironie est que cette dernière travaille depuis un certain temps pour l’école mais que les enfants ne le savaient pas…

Le feedback

« Les enfants sont confrontés à des situations douloureuses : harcèlement, discriminations, violence éducative, difficultés scolaires, relationnelles, familiales… Ils ont davantage besoin de se sentir écoutés et accompagnés que d’être évalués.  Hier, le rôle de ‘Madame Sophie’ était perçu à travers l’étiquette réductrice du titre de sa fonction. Aujourd’hui, elle se révèle, à travers sa posture d’écoute, comme une personne ressource. D’autres personnes peuvent jouer un rôle similaire à l’école: enseignants, secrétaire, direction, logopède, éducateur(trice). Il ‘suffit’ de prendre le temps – 20 minutes – et de créer l’opportunité pour que les enfants puissent découvrir cette personne ressource et aller vers elle, volontairement » – Pierre Biélande, l’animateur du jour.

Les clés pour comprendre

A priori et préjugés font partie de la nature humaine. Ils ont des bienfaits : sauver notre peau à partir de très peu d’informations. Dans notre société où le danger de mort est réduit, la pratique des préjugés enferme dans des boîtes et crée des cloisons. Le réapprentissage de la curiosité est une des clés pour dépasser des préjugés et avancer vers l’établissement d’une relation de confiance. Une relation où, par définition, le jugement a priori n’a pas sa place et où la curiosité réciproque permet de sans cesse approfondir la relation. Elle peut être suscitée : en parlant de moi, je tends des perches à l’autre et j’accepte de recevoir des questions en échange ou provoquée ; je pose des questions sur un ton neutre (la forme est extrêmement importante) qui montre ma volonté de mieux connaître l’autre.

Share This