Libérer la parole, (é)changer les points de vue, doper la créativité, valoriser les convergences… Pour permettre à l’intelligence collective d’émerger au sein de votre organisation, les outils ne manquent pas.

À l’origine

La compagnie professionnelle Ah, mon Amour ! a été créée en 2004 par Geneviève Voisin. A la fois auteure-interprète et directrice artistique, elle va progressivement focaliser son écriture sur des créations théâtrales clownesques traitant de questions historiques et sociétales de fond. En 2013 naît Colon(ial)oscopie, un spectacle de déconstruction des préjugés bâti sur le constat que le passé colonial de la Belgique n’est pas obligatoirement enseigné à l’école. Avec la volonté de mettre la question sur la table, il sera joué quelque 70 fois avant de laisser la place à d’autres thématiques engagées. La compagnie se met souvent, par le biais d’événements ponctuels, au service de réseaux associatifs et militants.

L’objectif ?

Quels que soient les sujets traités – la faim dans le monde, le passé colonial belge, l’hospitalisation des enfants… – la Compagnie Ah Mon Amour !  se déclare « pétrisseuse de consciences et éveilleuse d’inconscients ». Le but étant de sensibiliser le spectateur et d’engager sa réflexion avant et après le spectacle. Des représentations en collaboration avec le milieu associatif sont, par exemple, proposées dans le cadre de rencontres-débats, d’animations des ateliers philos. « Nous nous voyons comme un intermédiaire entre le public et les associations, les militants ou les institutions. Colon(ial)oscopie a ainsi servi dans le cadre de formations de sensibilisation à la citoyenneté mondiale. Et pour rencontrer le public scolaire, un dossier pédagogique et des « bords-plateaux » avec les adolescents ont été proposés », explique François Wautelet, membre de la compagnie.

En pratique

Les spectacles de la compagnie Ah Mon Amour ! sont techniquement légers. Ils peuvent donc être joués dans divers  endroits – des salles de spectacle aux cafés-théâtres, en passant par les écoles, les granges, les églises, les chapiteaux, et aussi la rue… même les plus reculés de Belgique, de France et de Suisse. La pièce est proposée à la vente aux organisations qui se chargent alors de remplir la salle. « Notre envie de développer et renouveler la collaboration avec le monde associatif est telle que nous travaillons avec une souplesse financière », précise François Wautelet.

Le saviez-vous ?

L’histoire du passé colonial belge n’est pas inscrit comme contenu obligatoire dans les programmes d’Histoire de 5e et 6e secondaire… Conséquences, selon les chiffres cités par Geneviève Voisin, un enfant sur 15 sort de l’enseignement général en connaissant précisément le sujet. Et un sur 4, en ayant entendu parler du passé colonial. Et votre enfant, que sait-il de la colonisation belge ?

Pièces à louer

  • *Colonialoscopie : vise à « décoloniser les esprits »
    Public : à partir de 14 ans
    Langue : FR
    Durée : 80′
  • *HOP(e) : spectacle de marionnettes, outil d’éducation à la citoyenneté mondiale/éveil à la différence nord-sud
    Public : enfants de 3,5 à 7 ans et familles
    Langue : bilingue FR – NL
    Durée 45’
  • Amour et Barbarie (à partir de 2020): outil de lutte contre l’islamophobie montante

Plus d’information

François Wautelet-Responsable Diffusion et Communication
+32(0)471/62.84.78
diffusion@cie-ahmonamour.com
www.cie-ahmonamour.com

Share This