Une conférence TED de Amy Edmondson sur le teaming, « How to turn a group of strangers into a team »

Le « teaming » est une pratique de management qui s’inscrit dans le courant de l’intelligence collective.

A l’heure actuelle, il devient de plus en plus évident que la résolution de questions de société est souvent tellement complexe qu’elle nécessite une approche multidisciplinaire, invitant des acteurs de divers secteurs autour de la table. Or, si cette intersectorialité permet de croiser les regards, les expériences, et de multiplier les spécialisations, elle pose en pratique un défi de taille, que la professeur Amy Edmondson désigne de « professional cultural clash » : la confrontation de différentes cultures professionnelles.

Le « teaming » selon Amy Edmondson

Comment coopérer et tirer le meilleur parti de la diversité de chacune des parties prenantes ? Comment arriver à combiner différentes manières de travailler, différentes valeurs, différentes temporalités, différents langages ? Voilà tout l’enjeu du « teaming », ce travail d’équipe à la dimension spontanée, ponctuelle:

« Teaming is team work on the fly. It’s coordinating and collaborating with people across boundaries of all kinds : expertise, distance, time zone, [you name it…] to get work done. »

[Le « teaming » est un travail d’équipe sur le vif. C’est se coordonner, collaborer avec des personnes de multiples horizons : différente expertise, lieu, fuseau horaire, … afin de réaliser la mission.]

Parce qu’il intervient dans des situations d’improvisation, d’association de court et moyen termes, voire d’urgence, le « teaming » invite à adopter un état d’esprit d’ouverture afin de permettre l’émergence de solutions créatives. Une attitude caractérisée par trois ingrédients essentiels :

#1 ● Je sais que je ne sais pas tout…

Une humilité situationnelle, la disposition de pouvoir reconnaître ses limites, de savoir que l’on ne maîtrise pas tout ce qui a à savoir sur le sujet.

#2 ● …alors, autant apprendre des autres…

Une curiosité de ce que l’autre peut apporter, de la richesse et du talent de chacun.

#3 ● …Et se lancer!

La prise de risques. Humilité situationnelle et curiosité créent un climat de sécurité psychologique qui rend à son tour possible l’expérimentation, la prise de risques. Parce que l’on sait que l’on ne sait pas comment faire et qu’on part du principe que chacun a quelque chose à apporter à la situation, la prise de parole et d’initiatives s’en trouve facilitée.

Conclusion?

Il s’agit finalement de dépasser deux défis intrinsèques à l’être humain : la posture d’omniscience d’une part (il est en effet difficile d’apprendre lorsque l’on « sait » déjà), et la mise en compétition de l’autre (ou comment sortir d’une logique « lui ou moi »). Une fois ces freins levés, tout devient possible, et le potentiel de la coopération s’en trouve décuplé.

Et Amy Edmondson de conclure par cette phrase d’Abraham Lincoln résumant précisément l’état d’esprit-clé du « teaming » :

« I don’t like that man. I must get to know him better. » [Je n’aime pas trop cet homme. Je dois apprendre à mieux le connaître.]

Un défi qu’elle nous lance à tous : identifier chez l’autre cette compétence, ce talent unique, et lui transmettre le nôtre en retour pour co-construire ensemble des solutions concrètes.

Amy Edmondson

Amy Edmondson

Professeure à la Harvard Business School

Professeure Novartis de Leadership et Management à la Harvard Business School, Amy Edmondson dirige une chaire sur l’étude des interactions humaines qui mènent à la création d’entreprises qui contribuent à l’amélioration continue de la société. (Harvard Business School)

Faites-vous du « teaming » sans le savoir ?

Expliciter les règles du jeu pour mieux jouer en équipe !

Si le « teaming » peut sembler évident au premier abord, il est toujours utile d’expliciter la pratique intuitive afin de la systématiser en processus de fonctionnement concret et opérationnel au sein de l’organisation. Poser un regard rétrospectif sur « ce qui marche » et ce qui marche moins bien – voire ne fonctionne pas du tout – afin d’en tirer les leçons apprises.

Le mot de Miguel de Clerk, directeur chez Echos Communication ONG :

Le « teaming », une pratique de management pertinente au fonctionnement d’une ONG ? Selon toi, est-elle transposable à tout type d’organisation ? Quelle en est la principale plus-value ? Quelles en sont les limites, les défis majeurs ? Un conseil pour une mise en pratique opérationnelle ?

Share This