La surproduction de lait en Europe n’est pas seulement un problème du Nord : l’exportation de son sous-produit (un mélange à base d’huile de palme) au Sud illustre les mécanismes du marché mondial, l’interconnexion des secteurs de durabilité de notre société et les conséquences de notre production sur les pays africains. N’exportons pas nos problèmes ! Cette campagne lancée par SOS Faim vise à sensibliser le public aux problèmes engendrés par ce système mondialisé.

En Europe, le secteur laitier est en surproduction depuis plusieurs années. Celle-ci entraîne une chute des prix, ne permettant pas aux éleveurs de vivre de leur travail. Pour les acteurs de l’agro-industrie, c’est une aubaine. Ils achètent le lait à bas prix, vendent la matière grasse à bon prix, et la remplacent par de l’huile de palme, 11% moins chère, pour l’exporter sur les marchés ouest-africains. Lorsqu’il arrive là-bas, le lait n’est plus vraiment du lait ! C’est une poudre écrémée qui a été réengraissée à l’huile végétale et qui est vendue jusqu’à 30% moins cher que le lait local. Ce faux lait étouffe les éleveurs africains qui ne savent plus vendre leur lait local. Producteurs européens et ouest-africains sont tous deux victimes de la politique agricole.

Un système de production de lait qui impacte négativement l’environnement

Si le réengraissage s’avère très profitable à l’agro-industrie laitière, il n’est cependant pas sans impact sur l’environnement. En effet, la production d’huile de palme contribue à la déforestation massive de certaines régions tropicales d’Asie du Sud-Est. En vingt ans, 8,7 millions d’hectares de forêt ont été rasés afin de faire place nette aux cultures de palmier à huile en Indonésie et en Malaisie.

Comme si cela ne suffisait pas, la pratique du réengraissage du lait écrémé suscite aussi des questions sur le plan nutritionnel. L’huile de palme étant composée à 50% d’acides gras saturés, sa consommation peut entraîner des problèmes cardio-vasculaires.[1] La surproduction de lait et l’exportation du sous-produit font ainsi des dégâts partout !

N’exportons pas nos problèmes ! Une campagne choc pour marquer les esprits

ONG et producteurs.trices européen.ne.s et ouest-africain.e.s se sont rassemblé.e.s pour dénoncer la surproduction massive et la pratique du réengraissage. Vidéo d’animation, affiches, site internet mais aussi dossier technique et magazine vulgarisé : une panoplie d’outils, pour tous les goûts, sont disponibles pour mieux comprendre l’enjeu et le besoin d’action.

La campagne N’exportons pas nos problèmes adresse la question de la durabilité dans son ensemble. La durabilité n’est possible qu’en assurant de la cohérence des politiques, qu’en s’assurant que les politiques agricoles et commerciales ne s’opposent pas à des efforts fournis par des politiques sociales, environnementales, sanitaires et de coopération au développement !

[1] SOS Faim, Supporterres « N’exportons pas nos problèmes » n°7, Défis Sénégalait par Maïlys Meirlan, mars 2019.

Des solutions pour une filière laitière durable au Nord et au Sud

Des solutions concrètes sont proposées pour assurer une plus grande durabilité à la filière laitière.

  • Premièrement, le système productiviste européen peut et doit être régulé pour éviter la chute des prix du lait qui entraine la mauvaise rémunération des producteurs européens et la concurrence déloyale sur les marchés ouest-africains. Le European Milk Board propose d’ailleurs un outil de suivi de la production et de prix qui va dans ce sens.
  • Deuxièmement, il faut mettre en place des relations commerciales équitables entre l’Union européenne et l’Afrique, relations qui ne permettront plus de vendre le lait européen sur les marchés ouest-africains à un prix défiant toute concurrence qui entraine une production toujours croissante par les producteurs européens.

La cohérence des politiques est une clé essentielle dans le développement durable de nos sociétés, au niveau local et global. Retrouvez tous les outils sur le site internet et partagez-les à tous ceux qui oublient que la durabilité comporte différents volets.

Call to action

Partagez les outils de la campagne, parlez-en autour de vous !

La campagne « N’exportons pas nos problèmes », portée par SOS Faim, Oxfam, Vétérinaires sans frontières, l’European Milk Board et Mon lait est local souhaite sensibiliser les citoyens aux enjeux autour de cette filière et dénoncer la surproduction de lait dans l’Union européenne qui nuit gravement aux éleveurs ici et là-bas.

Tous les outils de sensiblisation disponibles ici : www.nexportonspasnosproblemes.org

Share This