A l’occasion du 5ème anniversaire des Objectifs de développement durable (ODD), nous partageons des initiatives d’OSC qui contribuent de manière efficace et innovante à la réalisation de ces objectifs. Cette semaine, l’ODD13 : lutte contre les changements climatiques.

Malgré l’accord universel et historique de Paris conclu en 2015 et qui lie tous les pays du globe autour d’objectifs climatiques, les émissions mondiales de gaz à effet de serre et la crise climatique s’accélèrent. En effet, d’une part les émissions humaines croissent et ont déjà provoqué une augmentation de la température mondiale de 1,1°C par rapport aux niveaux préindustriels. Ce qui pourraient entraîner une hausse de la température de 1,5°C dès 2030 [1], un seuil de température à ne pas dépasser pour limiter les impacts négatifs et surtout pour que certains pays restent habitables. D’autre part les effets du changement climatique se font déjà ressentir partout dans le monde, et en particulier dans les pays les plus pauvres et les régions vulnérables, principalement situées autour de l’équateur.

L’Objectif de Développement Durable 13, adopté également en 2015, décrit les actions à mener pour lutter contre le changement climatique, se reposant sur les trois piliers de l’accord de Paris : l’atténuation, l’adaptation et la protection liée aux pertes et dommages. Dans son rapport spécial sur le réchauffement climatique de 1,5°C, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a souligné que même si l’augmentation de la température mondiale ne dépasse pas 1,5°C, des mesures d’adaptation de grande envergure seront nécessaires. Pour de nombreuses régions, 1,5°C de réchauffement climatique repoussera les limites de la capacité et de la faculté d’adaptation de nombreux systèmes humains et naturels.

[1] OMM, 2020 ; GIEC, 2018

A Cuba…

C’est le cas de Cuba, qui fait face depuis quelques années à une augmentation de la fréquence et de l’intensité des ouragans et des pluies, provoquant des inondations et de nombreux dégâts, à l’augmentation des épisodes de sécheresse, à la montée du niveau de la mer qui salinise les nappes phréatiques et les champs côtiers, et qui submergera environ 6% de la surface du pays d’ici la fin du siècle. Ces effets ont également un impact important sur la santé publique et représentent d’importants enjeux urbanistiques et alimentaires. Les autorités l’ont bien compris, c’est pourquoi Cuba mène une politique climatique forte avec un plan d’action ambitieux pour les 100 prochaines années, appelé la Tarea Vida (Tâche vie).

Depuis quelques années, en collaboration avec Cubanismo.be, Viva Salud soutient le travail du Centro Felix Varela, une organisation cubaine ayant plus de 15 ans d’expérience dans les actions environnementales, la formation à l’écologie et la participation communautaire. Le Centro Félix Varela participe activement à la mise en œuvre du plan climatique national. Son rôle consiste à développer des moyens d’actions qui permettent d’augmenter la perception des risques environnementaux des cubain·es et leur niveau de connaissance générale sur le changement climatique. Mais également à renforcer le degré de participation de la population pour la lutte contre ce dérèglement et à favoriser une culture qui encourage l’économie de l’utilisation d’eau.

« Pour faire face au changement climatique, l’éducation environnementale et la conscientisation de la population sont primordiales », énonce Marilyse Broers, collaboratrice de Viva Salud. C’est pour cela que le Centro Felix Varela développe des actions d’éducation en utilisant, notamment, la méthode du “Mapa Verde”. « A travers cette méthode unique, les communautés cartographient elles-mêmes leurs ressources environnementales locales. Armés d’un plan et de symboles en papier découpés, les habitants et habitantes partent à la reconnaissance de leur environnement immédiat. A chaque site ayant une valeur écologique, sociale ou culturelle correspond un symbole. Les gens apprennent ainsi à mieux connaître leur milieu de vie, à détecter les problèmes et à en chercher les solutions avec les autorités locales », explique Marilyse Broers. Des cartes de risques écologiques ont ainsi été créées, qui ont permis de sensibiliser et d’informer les communautés et les autorités locales sur la vulnérabilité des territoires. La méthode a d’ailleurs connu un tel succès qu’elle a même été utilisée dans le contexte du coronavirus, pour identifier les endroits à risque en matière de contamination et pour informer la population.

En plus de ses activités d’éducation, le Centro Felix Varela forme des coaches climat, organise des activités pour promouvoir la participation communautaire, la conscientisation autour du recyclage, d’un usage rationnel de l’eau, de l’agroécologie, etc. Enfin les membres et volontaires du centre plantent des espèces résistantes à des conditions climatiques difficiles, nettoient des plages, cours d’eau et zones côtières, et planifient des reboisements, surtout de mangroves pour diminuer les effets des vagues lors de tempêtes et renforcer la biodiversité.

Pour soutenir le travail du Centro Félix Varela, Viva Salud et Cubanismo.be vendent chaque année des œufs en chocolat lors de la campagne de Pâques. Dans le cadre de cette campagne, des actions de sensibilisation et des formations sont également organisées en Belgique. La campagne permet ainsi d’informer et de sensibiliser sur la nécessité d’une politique climatique à court, moyen et long terme (comme le plan climatique à 100 ans de Cuba), ou encore de faire connaître des initiatives innovantes de lutte contre les effets du changement climatique, comme la méthodologie participative ‘Mapa Verde’ qui implique et mobilise toute la population dans la politique climatique.

« Mais nous savons tous et toutes que le changement climatique ne connaît pas de frontières. C’est pourquoi à travers notre campagne de Pâques, le projet s’attache également à conscientiser les gens ici en Belgique. La façon dont Cuba agit est très instructive pour les mouvements sociaux,les décideurs et décideuses. Le plan pour le climat est un exemple de collaboration entre les mouvements et les autorités pour la mise en œuvre d’initiatives afin que l’île reste habitable pour toutes et tous », explique Marilyse Broers. L’approche cubaine du changement climatique peut donc être une grande source d’inspiration pour nos politiques et nos mouvements pour le climat.

Pour en savoir plus : Cubanismo.be, Viva Salud et Centro Felix Varela

En Belgique…

La Coalition Climat, fondée en 2008 par Oxfam et les deux coupoles, le CNCD 11.11.11 et son équivalent néerlandophone 11.11.11, a toujours eu pour objectif de combattre l’injustice humaine que représente le changement climatique pour tous les êtres vivants sur terre, en particulier les plus pauvres et vulnérables. Elle réunit aujourd’hui d’autres OSC de développement et environnementales, les syndicats et des mouvements citoyens et de jeunesse.

La coalition a réussi à faire converger différents intérêts et visions du monde autour de ce danger existentiel. Depuis elle mène des campagnes de plus en plus efficaces, alliant plaidoyer et mobilisation. « Au fur et à mesure la coalition a évolué. Il fallait transformer les mobilisations en changement politique, c’est pourquoi il fallait un espace de plaidoyer », explique Nicolas Van Nuffel, porte-parole de la Coalition Climat.

« L’objectif de la coalition a toujours été double », poursuit Nicolas Van Nuffel. « A la fois il est impératif que les objectifs de décarbonisation augmentent le plus vite possible, et il faut aider financièrement les pays pauvres et vulnérables qui n’ont pas contribué à ce problème mais qui sont les premiers affectés. » La mobilisation a culminé à un niveau historique lors des marches géantes de décembre 2018.

Depuis, la pandémie a ralenti les mobilisations mais comme le prouvent les 60h de mobilisation réalisées pour l’anniversaire de ces marches en décembre dernier, la coalition reste déterminée à pousser la Belgique à faire mieux. Avec le nouveau gouvernement fédéral, les objectifs de décarbonisation ont été relevés à 55% d’ici 2030, en ligne avec les objectifs européens, mais insuffisants pour permettre un réchauffement global limité à 1,5°C. De même que pour l’aide financière apportée par la Belgique, actuellement en-dessous de 100 millions d’euros par an, celle-ci est encore loin de la part équitable estimée à 500 millions.

Cette année, la conférence internationale sur le climat (COP26) devrait utiliser pour la première fois le mécanisme de l’accord de Paris, qui encourage les pays à revoir à la hausse leurs engagements. La Coalition Climat entend mettre la pression au maximum pour que ces objectifs soient améliorés tant sur le volume d’émissions que sur la manière de le faire. « Il est évident que nous n’avons plus le temps de compenser les émissions par tel ou tel mécanisme qui ne ferait que postposer la nécessaire décarbonisation de nos sociétés », précise Nicolas Van Nuffel. « Il est aussi impératif que les états industrialisés et responsables de ce changement, doivent réellement aider les autres pays à faire face aux impacts présents et futurs. Nous continuerons à faire pression et à marcher dans la rue dès que les conditions sanitaires nous le permettrons. »

Pour en savoir plus : Coalition Climat

Aller + loin

Chaussée de Haecht 53
1210 Bruxelles
Tél +32 (0)2 209 23 65
info@vivasalud.be

Aller + loin

Rue des deux églises 47
1000 Bruxelles
info@coalitionclimat.be

Pin It on Pinterest

Share This