L’Adoration des Mages – Sandro Botticelli (1445–1510). © Wikimedia

Étranger ou étrange ? Quelles différences ? Au départ, aucune… Pour expliquer le mot étranger, dans les langues latines, nous expliquent les linguistes, il faut partir de l’adverbe latin extra (également préposition et préfixe) qui signifie en dehors. Dès l’époque latine, on a construit sur extra un adjectif dérivé : extraneus, qui, par une évolution phonétique normale, a abouti à estrange, puis à étrange. Au Moyen-Âge, étrange a couramment le sens d’étranger.

Mais le vocable étrange a pris le sens de bizarre, singulier, extraordinaire. À une époque où les voyages étaient moins fréquents qu’aujourd’hui, des habitudes, des manières, des vêtements, des objets peu connus pouvaient facilement susciter l’étonnement et être taxés d’étranges. Le double sens du mot étrange devenait gênant. Des gens étranges pouvaient être des étrangers, mais aussi, simplement, des personnes qui sortent de l’ordinaire.

Le remède à cette ambiguïté est apparu dès le XIVème siècle, avec la création du mot étranger, qui a pris le sens ancien et premier du mot, alors que le mot étrange a porté le sens secondaire. Sachant qu’à l’origine, le terme barbare signifie en grec étranger, il convient de noter que celui qui n’est pas civilisé deviendra pour les romains un ennemi à abattre.

Comment parler du rapport à l’étranger sans évoquer la notion d’ennemi ? Quelle différence entre les deux ? Ennemi, du latin inimīcus, est construit à partir du préfixe privatif in- et de amicus (ami, à partir de la racine amare, aimer). Ainsi, l’inimitié est juste une négation de l’amitié. Autre mot, ambivalent, en latin, hostis veut dire en même temps hôte et ennemi public, collectif. Cette double signification (hostilité, hospitalité) initie, dès l’ère gréco-romaine, le rapport ambigu à l’étranger. Quelles relations entretenir avec lui, si ce n’est la recherche de sa destruction ?

Sculpture a l’entrée du musée H.R. Giger. “Alien” en Anglais signifie entre autre “étranger” © Gabygaiffe – Wikimedia

En savoir +

Découvrez la suite du dossier dans le prochain article : Identité versus étranger

Ce dossier a été publié par les Presses Universitaires Citoyennes (Fondation HEM): “Le tissu de nos singularités, vivre ensemble au Maroc”, PUC, 2016

Pin It on Pinterest

Share This