In Vivo

Comment aborder un challenge universel ? Nos équipes et partenaires partagent leurs expériences et leçons apprises.

Vers le développement durable – ODD 4 : Éducation de qualité

À l’occasion du 5e anniversaire des Objectifs de développement durable (ODD), nous partageons des initiatives d’OSC qui contribuent de manière efficace et innovante à la réalisation de ces objectifs. Cette semaine, l’ODD 4 : Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie.

Se relier à l’autre, aussi étranger fut-il

Pourquoi aller à la rencontre de l’étranger ? Et comment oser affronter ce que ces rencontres vont nous révéler sur nous-mêmes ? Pourquoi comme le dit Albert Jacquard tenter cette aventure ?

La peur de l’étranger

Accepter d’être dérangé n’est pas chose aisée, car cela demande véritablement un effort sur soi pour vaincre autant ses propres appréhensions que la peur de l’étranger. Qui n’a pas, dans sa vie, expérimenté la peur de l’étranger, même furtivement ?

Accepter la part d’étrange

Le “je suis” ouvre non seulement à l’identité mais également à l’altérité, à la reconnaissance d’un autre que moi. Re-connaissance nous permet d’entendre connaître à nouveau. La double étymologie du mot connaissance nous amène ainsi, dans un chemin de la découverte de soi-même, dans la profondeur de l’être.

Identité versus étranger

Une fois revenu de mes voyages et explorations réjouissantes, je me suis mis à observer, par médias interposés, comment les hommes, aujourd’hui, se sont transformés eux-mêmes en barbares pour défendre leur identité. Comme si devenus “étrangers à eux-mêmes”, ils pouvaient mieux s’identifier et se sentir à l’aise dans une identité circonscrite. Pour n’être plus que des musulmans, que des chrétiens, que des juifs, que des chiites, que des sunnites, etc.

Étranger : détour par l’histoire d’un mot

Étranger ou étrange ? Quelles différences ? Au départ, aucune… Pour expliquer le mot étranger, dans les langues latines, nous expliquent les linguistes, il faut partir de l’adverbe latin extra (également préposition et préfixe) qui signifie en dehors. Dès l’époque latine, on a construit sur extra un adjectif dérivé : extraneus, qui, par une évolution phonétique normale, a abouti à estrange, puis à étrange. Au Moyen-Âge, étrange a couramment le sens d’étranger.

L’étrange, l’étranger et l’exilé

Gaouri, toubab, yovo, mundélé… que de mots aux sonorités que j’ai toujours perçus comme gaies et enjouées, un peu moqueuses… Ils me désignaient moi, le blanc, dans des communautés d’Afrique. J’étais et je suis toujours celui qui vient du dehors, qui n’appartient pas à...

Contribuez !

Acteurs de changement, ce média est aussi le vôtre !

Un sujet, une étude, un reportage intéressant à faire connaître ? Une info, un sujet interpellant à partager ? Contactez-nous !

Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez les dernières infos de Youmanity dans vos courriels !

Merci ! Vous êtes inscrit.e à notre liste de diffusion.

Pin It on Pinterest